Un autre musée

Bien sûr, le principe fondateur d’un lieu dédié est de créer un espace de transmission pour participer à la prospérité de l’oeuvre et du nom de Claude Nougaro mais pour le poète il s’agira moins de sacraliser une histoire passée que de la continuer en s’inspirant de sa vie et de son oeuvre.

Alors, plus qu’une boîte dorée célébrant un temps révolu, un temple « grandiloquent » voué aux hommages nostalgiques ou un musée qui souvent éloigne en proposant de se recueillir devant les costumes de scène de l’artiste, le lieu doit marcher dans les pas du poète qui disait « avoir le sentiment de fabriquer du présent » et adopter son état d’esprit. Il doit être le Panthéon de la transmission d’une mémoire vivante, une chaîne humaine à travers les espaces et le temps, une maison d’artistes ouverte à la création, à tous les talents et en particulier aux arts de la parole.

Ce sera une maison acquise en 2013 par sa fille, la maison retenue n’est pas un lieu où a habité l’artiste, mais une péniche suspendue au-dessus de l’eau du Canal du Midi, protégée par des platanes centenaires, à la confluence des eaux de la Méditerranée, de la Garonne, et de l’océan Atlantique.

Pour que naisse cette maison et après de nombreuses péripéties, Cécile Nougaro prend la décision de mettre en vente l’appartement du quai de Tounis, métamorphosant ce balcon privé suspendu sur le fleuve qui restera pour toujours l’endroit où Claude a écrit « C’est une Garonne », en vaisseau accessible à tous.

Le port d’attache de la péniche Sanctanox est situé à Toulouse, au Port de l’Embouchure qui borde le quartier des Minimes lieu de l’enfance de Claude. Appelé également les Ponts Jumeaux, cet ouvrage commencé en 1667, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, est le point de départ kilométrique du Canal du Midi.